Recherche sur le site

Saisissez dans le champ le mot clé recherché :

A voir sur le site

En bref...

  • TLAE en panne

    Une panne de matériel empêche le signal télévisuel. Les réparations sont en cours. Merci de votre patience.

  • Félicitations !

    A l’équipe de Cyril Strub de la boucherie Black Pudding pour le prix obtenu au titre du meilleur saucisson au monde !

  • Prochain conseil municipal

    Mercredi 24 mai à 20h dans la salle "bibliothèque" du Groupe Scolaire Chatrian.

  • Horaires de la mairie

    Accueil :
    du lundi au vendredi : de 09h à 12h et de 15h à 17h.

    La mairie sera exceptionnellement fermée vendredi 26 mai. Réouverture, lundi 29 mai.

    Tél : 03.87.03.70.32. Fax : 03.87.03.75.90 / courriel : mairie@abreschviller.fr .

Histoire du village

Abreschviller aujourd’hui

ABRECHVILLER AUJOURD’HUI

Au cours de ces cinquante dernières années, le monde a connu des bouleversements sans précédant dans l’Histoire. Les paysages même en ont été transformés.

Abreschviller était un village d’agriculteurs vivant à l’orée de l’immense forêt vosgienne dont ils tiraient l’essentiel de leurs activités.

L’agriculture familiale a disparu et la forêt s’est installée sur les terres abandonnées par la culture et l’élevage. L’habitat lui-même a connu des transformations : les usoirs sont devenu des jardinets et les granges, des garages. Fontaines et abreuvoirs ont presque tous disparu sauf ceux qui sont alimentés par une source.

Les fonds de vallées, jadis consacrés aux herbages, faute d’entretien, sont envahis par des plantations désordonnées de peupliers, d’aulnes et même d’épicéas.

Des maisons anciennes, vendues par des héritiers ayant quitté la région, ne trouvent pas preneurs alors que de nouveaux quartiers apparaissent. Des maisons sont construites en amont de la Sarre, jusqu’à ce que la vallée se rétrécisse au point que le soleil n’y pénètre pas pendant l’hiver. En aval, là où la vallée s’élargit, le versant tourné vers le Sud est colonisé par des villas et des lotissements ; d’anciens chemins d’exploitation agricoles sont aujourd’hui des rues.

La révolution déterminante a été celle des transports et des télécommunications. Le XIX° siècle avait été le siècle de la machine à vapeur, le XX° celui du moteur à explosion, le XXI° débutant est celui de l’informatique.

Né de la forêt, le village d’Abreschviller reste tourné vers elle. Le train avait fait descendre les scieries de la montagne vers la gare. Le chemin de fer forestier apportait les grumes aux scieries, les bois sciés partaient vers Sarrebourg par les trains de marchandises. Le flottage avait disparu.

Le moteur à explosion a tout bouleversé : la hache et le passe-partout ont laissé la place à la tronçonneuse. Des tracteurs de plus en plus puissants et des abatteuses munies d’ordinateurs de bord font le travail que faisaient jadis les attelages de boeufs et de chevaux.

Petit - à - petit, le train a été remplacé par des camions et des automobiles. Du train forestier, il ne reste que sept kilomètres pour promener les touristes vers la forêt, et la ligne de chemin de fer vers Sarrebourg est devenue une piste cyclable : même s’il ne produit pas de richesse, le tourisme remplace de plus en plus l’industrie et crée l’illusion d’une panacée.

L’industrie du bois a connu d’importantes mutations : nées de la concentration des scieries vers 1970, les Scieries Réunies d’Abreschviller furent une des scieries les plus importantes des Vosges pendant près de quarante ans, remplacées aujourd’hui par Abreschviller - Sciages. Deux scieries de moindre importance font d’Abreschviller une localité encore importante de la “filière - bois”.

Verreries, papeteries et tuileries ont disparu. Des activités anciennes ne subsiste que la pisciculture. Exception dans ce paysage industriel un peu morose : un atelier de mécanique de haute précision.

La démocratisation de l’automobile a rendu la ville de Sarrebourg plus proche : les “grandes surfaces” ont mis à mal le petit commerce local qui résiste vaille que vaille et donne à Abreschviller une importance locale non négligeable.

Le Centre de Réadaptation Saint - Luc et la Maison de Retraite Sainte - Véronique profitent de ce milieu forestier favorable à un retour à la santé pour des personnes ayant subi de graves opérations chirurgicales, et à des personnes âgées ayant besoin de calme et d’un milieu encore protégé.

Ces mutations ont changé la vie des habitants et les vieilles terreurs dues aux nombreuses guerres et à leurs funestes conséquences ont disparu. Les problèmes à venir, dus à la mondialisation, ne sont pas encore clairement identifiés.

Seule, la connaissance du Passé éclaire l’Avenir.

Dans la même rubrique